Services de traduction vers l’arabe à Dubaï

Les agences de traduction vers l’arabe sont innombrables à Dubaï.

translation providers in Dubai

Si vous demandez à Google de vous en trouver, il vous présentera une longue liste de bureaux et d’agences. Mais qu’est-ce qui les différencie l’une de l’autre ? Qu’est-ce qui devrait vous faire confier votre projet de traduction à l’une plutôt qu’à l’autre ? Bien sûr vous ne pouvez pas vous permettre de choisir à l’aveuglette et de prendre celui qui arrive en premier dans le moteur de recherche, car google ne sait pas lesquels sont vraiment de bons traducteurs.

Alors comment choisir ?

Comment faire le tri dans toutes ces agences de traduction, ces logiciels de traduction, ces services de traduction en ligne, et des sites internet de traduction automatique ? La réponse est entre vos mains. Et c’est vous qui paierez le prix de cette décision. Disons-le tout net : un homme averti en vaut deux.

Qu’est-ce qui différencie Elaph de toute cette foule de bureaux de traductions ?

translation vendors in Dubai

Elaph prend les traductions très au sérieux. Comment ? direz-vous. Vous n’êtes pas sans savoir que les outils de traduction automatique en ligne abondent. Et que n’importe qui peut vous assurer qu’il est un bon traducteur. Mais donnez votre traduction à Pierre ou Paul et vous le verrez s’en remettre aussitôt à Google translate ou tout autre logiciel en ligne du même genre. Il n’y a qu’à cliquer et vous voilà avec un texte en arabe, tiré du texte original en anglais. Mais alors… si c’est si simple… pourquoi devriez-vous payer pour un service de traduction, et attendre que le travail soit fait ?

Tout simplement parce qu’il est loin d’être facile de traduire un texte du français vers l’arabe. Sinon, n’importe qui, doté d’une connection à internet, pourrait se dire traducteur. Et ce même s’il n’avait pas la moindre notion du langage vers lequel il traduit.

Il ne s’agit pas de faire une traduction mot à mot.

Un seul mot français peut avoir plusieurs traductions en arabe. Comment une machine (comme Google translate) pourrait-elle choisir la bonne ? Prenons un exemple : comment traduire l’expression “du poulet frais” en arabe ? C’est facile : on dit : دجاج طازج’.

Mais comment traduire l’expression « eau fraîche » ?

Pareil? ‘ماءطازج’. Eh bien non: ‘ماءعذب’.

Pourquoi a-t-on, dans le premier cas, traduit “frais” par ‘طازج’, et dans le second cas, par ‘عذب’?

Demandez aux traducteurs que vous choisissez de réaliser cet exercice, et voyez ce qu’ils vous dissent. Il est vraisemblable qu’ils vous donneront des traductions correctes – mais la question n’est pas « comme nt traduisez-vous ceci ou cela » mais « pourquoi ». Et méfiez-vous de ceux qui ne savent pas vous dire pourquoi. Ceci n’est qu’un exemple qui illustre ce qui peut poser problème pendant la traduction (ou comment le sens peut se perdre d’une langue à l’autre).

Et il ne s’agit pas que de cela.

Tout texte fourmille de problèmes de traduction. Seul un vrai traducteur saura comment venir à bout de ces problèmes. Il y a divers degrés de difficulté, bien sûr. Un texte très difficile risque de conduire à d’embarrassantes erreurs de traduction.

Mais une seule erreur de traduction peut entacher votre réputation, votre réputation acquise à la sueur de votre front, ou encore rendre votre message incompréhensible.

Repensez aux efforts que vous avez fournis pour écrire ce texte en français, le texte original. Rappelez-vous quel soin vous avez porté au choix des mots, au format, au ton.

Le même effort doit être fourni par le traducteur, en plus du reste. Sinon, vous vous retrouveriez avec un texte sans vie.

L’expérience joue un grand rôle pour éviter ces écueils dans la traduction. Et parmi les services de traduction vers l’arabe basés à Dubaï, Elaph se targue d’une expérience de plus de 10 ans- et ce n’est pas fini.